La maison du bonheur

francais réfugiés hébergement migrants

« Ne regardez pas le bazar ! », nous lance Keren alors qu’on vient à peine d’arriver. « Vous voyez, on n’a rien changé pour vous. On voulait vous montrer les choses telles quelles sont chez nous au quotidien ! »

Quand Keren et Marc parlent de bazar, ce qu’ils ne disent pas, c’est qu’il s’agit d’un ensemble d’objets colorés, de guirlandes, de plantes, d’outils créatifs, de jouets et de petites paires de chaussures qui meublent l’entrée. Abdou – qu’ils accueillent dans leur maison – est discret, mais on le sent attentif. 

.

 © Julie L. & Kenia S.

C’est aussi trois petites bouilles – Ilan, Noam et Yael – qui nous reçoivent chaleureusement. Un peu timides au début, ils nous font vite visiter leur forteresse, et nous montrent tous les endroits de la maison où il est possible de grimper.

Marc et Keren rayonnent de joie et de bonne humeur. Ils nous expliquent leur démarche d’accueil : « L’année, nous recevons des étudiants étrangers qui viennent pour étudier le français. Pendant deux mois, nous mettons la chambre à disposition de quelqu’un qui en a besoin. Abdou est la deuxième personne que nous recevons ici, et c’est toujours beaucoup de bonheur ! ».

.

 © Julie L. & Kenia S.

Tous nous invitent sur leur belle terrasse avec vue sur Fourvière. Tout en buvant un sirop de pêche, Noam, un de leur fils, nous dit : « Abdou, il n’est pas tout à fait comme les autres jeunes étudiants qu’on reçoit à la maison, parce que eux, leur pays il n’est pas en danger…». Il réfléchit et ajoute « …mais au final, il est pas si différent des autres quand même ! »

Les mots d’enfants résument parfois très bien des situations qui peuvent paraitre complexes. Abdou est arrivé il y a un mois, suite à une première rencontre avec la famille. Il a très vite tissé des liens avec chacun des membres de la famille. C’est un peu le grand frère dans la maison ! Il aime cuisiner et jouer au tennis. Il apprend le français et veut pratiquer dés qu’il le peut, lorsqu’il ne profite pas de l’intimité et la tranquillité de sa chambre pour se ressourcer.

.

 © Julie L. & Kenia S.

Les enfants sont enchantés d’avoir quelqu’un avec qui partager leur quotidien et qui en plus, est d’accord avec les goûts musicaux qui ne plaisent pas toujours à Papa et Maman…

Pour cette famille, c’était une évidence.

.

Récit de cohabitation, par Julie L. et Kenia S. 

.

Vous aussi, lancez-vous et accueillez avec CALM.

Pour s’inscrire, c’est par ici !

.

PARTAGER SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX