Histoire d’Art et de Cuisine

Héberger hébergement migrant particuliers

 

Direction une commune de la banlieue lilloise. A mon arrivée au point de rendez-vous, je découvre un quartier très calme et chaleureux. Je m’approche de la maison et sonne chez Anne-C, accueillante dans le cadre du programme CALM de SINGA. Un grand jeune homme m’ouvre la porte. Ma première pensée est que je me suis certainement trompé d’adresse. Il s’agit en fait du fils d’Anne-C, âgé de 19 ans, il est le « petit dernier » d’une fratrie de 4 enfants. Accueillant et sympathique, il me propose d’attendre sa mère et Mohammad, qu’ils ont rencontré par l’intermédiaire de SINGA et qui a emménagé avec eux deux semaines auparavant.

En les attendant, je regarde autour de moi. Anne-C est passionnée d’art et ça se voit. La maison est décorée avec soin et avec beaucoup de goût avec des pièces d’art contemporain. Une maison au sein de laquelle il est aisé de se sentir chez soi.

 

Maison fraternité hospitalité aide migrants hébergement  © Mohamed M.

Anne-C ne tarde pas à arriver. C’est une femme au sourire communicatif et d’une gentillesse incroyable. Elle me dit que Mohammad est sorti faire une course, mais qu’il ne devrait pas tarder.

Anne-C et sa famille n’en sont pas à leur coup d’essai. Ils avaient déjà accueilli une personne réfugiée via CALM pendant 3 mois en 2016 afin qu’il apprenne le français et qu’il ait la stabilité lui permettant de trouver un emploi dans la manutention, puis un logement autonome. Ayant une chambre de disponible, ils ont décidé de renouveler l’expérience et d’accueillir Mohammad.

A l’arrivée de Mohammad, que j’avais déjà rencontré en amont de son intégration au programme, je découvre un jeune homme à la démarche assurée, l’air heureux en toutes circonstances. Dès les premières minutes ensemble, la bonne entente entre Anne-C et Mohammad est flagrante. Ils me proposent un café et Mohammad s’affaire à le préparer pendant que je discute avec Anne-C. « Il sait déjà où sont les couverts, les assiettes », me dit-elle avec beaucoup de fierté pour témoigner du fait qu’il s’est déjà très bien habitué à la maison.

Mohammad est Afghan. Il a intégré le programme CALM de SINGA France et été mis en relation avec Anne-C dans le cadre de ses études en sciences politiques. C’est un jeune homme très sociable qui s’intéresse aux personnes qui l’entourent.

 


A lire aussiCALM, comment ça marche ?


 

Tout comme Anne-C, il trouve que le début de son accueil est naturel. Il se sent à l’aise ici, et en France plus généralement, même s’il m’avoue à demi-mot utiliser des mots d’anglais pour s’exprimer car « le français, c’est fatiguant ».

Mohammad a développé en deux semaines de très bonnes relations avec l’ensemble des membres de la famille. Il fait notamment du sport avec le mari d’Anne-C.

 

 © Mohamed M.

C’est la seconde fois qu’Anne-C et sa famille ouvrent leur porte avec CALM. « On l’avait déjà fait une fois, il n’y a plus de difficulté [à sauter le pas]. C’est très naturel ! C’est comme accueillir un élève étranger dans le cadre d’un échange scolaire. »

En étant accueilli chez Anne-C, Mohammad se consacre entièrement à ses études. Anne-C me confie d’ailleurs qu’il passe beaucoup de temps à réviser et à travailler ses cours de sciences politiques. Il va d’ailleurs commencer un stage très prochainement.

Sur son temps libre, Mohammad s’aventure à quelques expériences, notamment culinaires.

Il a commencé à cuisiner, non pas de la nourriture française, ni afghane, mais de la cuisine à sa façon, « avec un mélange de tout mais surtout beaucoup d’ail » ; ce qui ne déplait pas à Anne-C, qui nous confie qu’il cuisine très bien.

.

Récit de cohabitation, par Mohamed M. 

.

Vous aussi, lancez-vous et accueillez avec CALM.

Pour s’inscrire, c’est par ici !

.

PARTAGER SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX